LE DOUTE !…

Posté le 2 janvier 2010

Peu de gens parlent du doute en doutant. (Blaise Pascal)

C’est sous cette forme un peu “ironique” que je vais tâcher de parler du “doute”. Il est d’ailleurs très intéressant de voir tout le côté anachronisme de ce terme.

- Le doute en terme d’échec
Il est possible de vivre cette situation quand le scepticisme dans sa “nature profonde” a du mal à discerner ce qui est vrai, réel. C’est une façon de tourner en rond avec l’incapacité de prendre une décision ou d’entamer une action. Si une personne se cantonne dans cette attitude elle risque d’être un “mouton” et de souffrir devant chaque dilemme …. Sans aller dans cet aspect caractériel, qui n’a jamais été “pris” à un moment ou un autre par ce blocage ?

- Le doute en terme de possibilité
Il très poche du scepticisme mais se différencie par une approche des choses, des problèmes à petits pas. Il ne tourne pas en rond mais cherche le moins de risque possible quand il faut prendre une décision. A vouloir trop se garantir il avancera lentement. Là aussi, qui à un moment ou à un autre n’a pas eu cette attitude ?

- Le doute en terme de probabilité
C’est le risque “calculé”, il implique une décision évaluant la portée de l’action avec ses atouts, inconvénients et « chances » (subjectives) de réussir ou pas. Il cherche à “mesurer” la valeur de l’argument, de la décision à prendre, de savoir si la forme est judicieuse. “Il y a deux efficacité ; celle de la sève et celle du typhon”. Qui n’a pas cherché à mesurer “la chance” d’échapper au doute ?

- Le doute en terme de “moteur” pour avancer
Il est pris ici comme facteur de réussite. Le doute permet le dépassement de soi. Le doute est conçu comme un challenge perpétuel pour avancer, l’optimisme est de mise sous cette forme d’intégration de ce qui est nouveau, de ce qui pousse au changement. Le doute permet de “s’exploiter” à fond, de faire face à l’imprévu. Il pousse à la créativité.
Les plus grands savants ont été capables de mettre en doute ce qui était établi dépassant ainsi ce qui semblait être la norme, c’est le doute créatif. Cette forme peut s’appliquer à l’art et certainement à tout domaine de la vie et de la pensée. En regardant notre propre vie avons-nous dépassé le doute négatif pour en faire un doute créatif ?

Dans le livre “la philosophie pour les nuls” je cite : “Il y a doute et doute : Les sceptiques ont été nommés “éphectiques” (= suspensive), car ils suspendent leur jugement. Il y a eu dans l’histoire de la pensée (Descartes) un doute critique fécond qui, loin de nier l’existence de la vérité, cherche à la garantir contre toutes les incertitudes qui peuvent l’affaiblir. Rien de tel avec le doute sceptique, radical et destructeur”.

Sans doute ai-je oublié des facettes du doute, mais n’est-il pas important de douter de façon constructive ?

Bonne année 2010
Dany

 

Pour faire suite à ce texte de mon ami Dany, je pense qu’il nous faut remonter aux origines. Comment comprendre un problème sans connaitre l’énoncé? Comment comprendre l’évolution d’un livre, si nous lisons la fin de l’ histoire sans en connaitre le début?
Il est vrai que nous pouvons trouver une multitude de dérivés du doute, ou plutôt, de raisons de douter. Mais je pense, que le plus important, et cela n’engage que moi, est le doute existentiel! un doute que je qualifierais de « socratique »!! L’homme en lui-même, n’est il pas un doute?
Je penses que certaines personnes diront que je pars dans un délire philosophique (pourquoi pas?), mais je préfères parler d’une énoncée philosophique.

Socrate employait la philosophie pour comprendre l’Homme, ce mystère! Et il ne parlait pas « pour ne rien dire ». Beaucoup le considérait! Mais bien souvent comme un individu « dérangeant », (comme quoi, il n’avait pas tout faux).
Et là, la notion du doute fait son apparition grâce à ce personnage hors du commun. (attention, l’existence de Socrate est trés nuancée).

« Un philosophe est celui qui ne sait rien, mais cherche à savoir », voici la définition de Socrate par rapport à ses semblables. Une définition remplie de doutes! Tant de doutes que l’on ne sait pas par lequel il faut commencer d’apréhender. Tant de doutes pour un seul sujet: l’homme.
D’ailleurs Socrate a été surnommé l’accoucheur! non pas praticien d’une naissance « physique », mais de l’esprit, d’une âme. Pour lui, le principal pour un individu est de se connaitre lui-même avant de se consacrer à quoique ce soit.
Pour cet accoucheur (spirituel?), seul le DÂMON d’un individu a son importance.
Qu’est ce le dâmon? simplement le diable intérieur d’un individu, un esprit malin mais aussi un ange gardien! (Socrate avait des idées et réflexions propres à ses visions). Ce dâmon sert à créer le doute, et force un individu à douter de ses actes et de ses pensées. Le dâmon est un rempart, et par le doute, il donne naissance à la réflexion.

Dans son raisonnement, Socrate a vu juste, une raison qu’il a gagné par le doute. Mais il voulait aussi faire passer une autre valeur : quelque soit la réponse que vous obtenez à un doute, vérifiez la! par vous même ou par une explication plausible, si elle est donnée par autrui!
Cette valeur, Socrate a voulu la respecter. Il se posait la question : « dieu existe-t-il? », le clergé lui a répondu : « oui ». Lorsque le philosophe a demandé à en savoir plus, il a voulu que le clergé lui donne des preuves. La réponse de l’église fût en fait une sentence: l’empoisonnement.

Je profites donc de la mémoire de Socrate, pour rappeler qu’il ne faut pas oublier de nommer un doute, ou plutôt, le doute existentiel. Car s’il y a un doute, c’est bien l’homme !

Avant de laisser cours à nos réflexions, j’aimerais également souhaiter une bonne année et heureuse nouvelle décennie à nos lecteurs.

Bien à vous,
Phantom

31 commentaires pour « LE DOUTE !… »

  1.  
    Christiane
    2 janvier, 2010 | 22:49
     

    Bonsoir, je suis d’accord pour reconnaître que le doute permet la réflexion. Cela est un point de départ qui permet de ne pas se précipiter, de vérifier si cela est possible et ensuite d’essayer de décider. Mais là, c’est autre chose. Qui ne connaît pas le doute ? A cette question sans arrogance de ma part la réponse est : personne ne peut dire que durant sa vie il ou elle n’a jamais connue de doute. Dany nous parle de ses doutes : échecs, possibilité, probabilité, moteur …. Parfait cette approche, mais concrètement dans la vie de chaque jour le doute est sur des thèmes qui passent par toute une gamme propre à chacun de nous. Aussi à des moments « on doute  » plus facilement que pour d’autre sujets. Mais le plus grand doute jamais résolue est bien comme le dit Phantom « le doute existentiel « . Nous voici en 2010 et si le doute permet des progrès , des découvertes audacieuse et ainsi de suite. Concernant l’homme, son esprit son âme le doute est toujours présent. Ce moteur doit être nécessaire à l’évolution de la vie car les plus grands et aussi les plus humbles doute en ce posant des questions qui n’obtiennent jamais de réponse, de preuve tangibles…. Ce que l’homme à tant besoin pour ne plus douter et encore !!! Je reconnais que le doute est mon compagnon de vie depuis bien longtemps. Ce n’est pas ce soir qu’il va mourir, il mourra avec moi  » Sacré Doute  » !!! Bonne soirée

  2.  
    2 janvier, 2010 | 23:03
     

    bonsoir christiane, le doute existenciel est bien majeur! maintenant, savoir si personne n’a jamais douté, je pense qu’il y a des personnes comme tel: ceux qui vivent au jour le jour, les personnes qui sont adeptes de « reponses toutes faites, prétes à etre servie »,
    en fait, dans ce cas, je pense à des personnes naives et faciles à manipuler.
    mais le débat serait autre…
    bonne soirée christiane

    Dernière publication sur Je t'en prie, souviens-toi de moi ! : téte à téte en vrac..

  3.  
    Christiane
    3 janvier, 2010 | 13:42
     

    Bonjour Phantom, je suis naïve et je doute depuis de très nombreuses années. Il y a pour certains qui pensent que le doute est un manque de confiance en soi. De mon point de vue c’est exact. Mais être naïve est une façon de faire trop confiance en l’autre.  » Comme on est on croit les autres ». Ma naïveté teint de dicton encore maintenant malgré mon âge. Pourtant mes nombreux doutes sont souvent en rapports en effet à des questions dont aucune preuve concrète ne m’est présentée.. Je poursuis en modifiant ma façon de percevoir pour voir si mes doutes s’estompent mais cela arrive , cela est assez rare. L’échange avec les autres il est exact m’invitent à aller plus loin dans mes recherches à des réponses précises. Vous parlez de personnes qui vivent au jour le jour . Mais est-ce certain que ses personnes ne connaissent pas le doute ? Quant aux personnes qui se contente de réponses toutes faites. Cela relève en effet d’un manque de maturité et de responsabilité. Je pense que ses personnes quoiqu’ils puissent leur arriver leur réaction est : on m’a dit !!! Ce n’est pas de ma faute !!! J’ai crue que !!!! D’ici la fin de leur vie sans doute le doute va enfin les inviter à réfléchir par elles mêmes. Mais en effet cela est possible que des personnes ne connaissent pas le doute. Tout existe n’est-ce pas Phantom ? Bon dimanche

  4.  
    Christiane
    3 janvier, 2010 | 13:44
     

    Phantom, il faut lire : ma naïveté tient de ce dicton. Merci de votre indulgence.

  5.  
    3 janvier, 2010 | 17:17
     

    L’interrogation conduit au doute, c’est une qualité dans la mesure où le doute n’est pas paralysant ….
    Sans aucun doute bonne soirée !!!
    Dany

  6.  
    3 janvier, 2010 | 17:53
     

    Bjr tt le monde et merci à Dany et Phantom de ns mettre des articles où s’exprimer. Je vais écrire sans vous lire d’abord, car sinon je suis influencé et aussi je ne sais plus où j’en suis après. L’adage dit « Ds le doute abstiens-toi … ». Je vais tenter de ne pas m’abstenir et ne pas dire trop de bourdes…! lol. Je vais vs mettre deux articles relevés sur le livre « les nuls et la philosophie » livre que j’ai acheté mais que je ne peux pas encore décortiquer car mon permis d’abord….!
    - Il y a doute et doute. Les sceptiques ont été nommés « éphectiques » car ils suspendent leur jugement. Ds l’histoire de la pensé (Descartes) un doute critique fécond qui , loin de nier l’existence de la vérité cherche à la garantir contre ttes les incertitudes qui peuvent l’affaiblir. Rien de tel avec le doute sceptique, radical et destructeur.

    - Le doute sur l’absolu de la vérité : La fin du XIXè siècle et de tt début du XXè siècle furent l’âge d’or de la croyance en un progrès inéluctable et supprèmement bon des connaissances. Il y eut alors une génération insouciante de savants intimement convaincus que la vérité était l’estampille définitive des théories démontrèes et prouvées. Majoritairement matérialistes ou positivistes (parfois les deux) certains de ces savants devenus ivres allèrent même jusqu’à prétendre que la science était la voie d’achèvement. Juste deux ou trois petits points à régler et tout serait terminé, les phyqiciens n’auraient qu’à profiter de leurs rentes. Quelques années après ce bel espoir, tout allait s’effondrer.

    Pour ceux et celles que cela peut intéresser, voici des liens :
    - http://www.evene.fr
    - http://www.philogora.net
    - http://www.webphilo.com
    - http://www.wikipedia.org

    Sinon, en ce qui me concerne, pour moi le doute est un véritable poison ds la vie. J’ai vécu jusqu’à il y a peu, ds le doute d’énormément de choses, par manque de confiance en moi, destruction de la part d’autrui dès mon enfance. Le seul et je dois le souligner, qui ne m’a jamais cassé sans m’y encourager …, ds mes pensées ou autres, c’est mon mari. Si l’enfant est tjrs nier ds ce qu’il pense, veut faire ou dire, sans jamais lui dire le pourquoi du comment, par la suite en devenant adulte, il sera ds le doute total de tt ce qu’il voudra faire ou ne pas faire ! A trop se poser de questions, on fini souvent ds le doute. J’ai rencontré ds mon adolescence, des profs ou éducs qui fait confiance et avec eux, je n’avais aucun doute. Je fonçais….!! Mais ces gens bienfaisants, ont été bien trop peu sur mon chemin de vie, pour me redonner entièrement confiance en moi. Le doute empêche d’avancer, fait peur de tout, donne profit aux personnes plus fortes que ns de profiter sur notre dos de notre naïveté, etc. C’est je le répète un poison mortel pour une vie d’humain. Maintenant, j’ai bcp moins de doute, je ne fonce pas surtout car je suis la reine des gamelles….!! mais je vois les choses autrement et surtout sans crainte et « Dieu » que c’est bon !!
    Bon aller, je vais vous laisser pour ce soir en vous souhaitant une bonne soirée; GROS BISOUS. Florence

  7.  
    4 janvier, 2010 | 10:19
     

    bonjour christiane, je pense que les personnes qui vivent au jour le jour sont dans le doute du lendemain mais d’une façon « nonchalante ». je pense pouvoir dire qu’elles baissent les bras.
    je ne sais si l’on peut dire que tout existe, quoique, à l’echelon humain, je pense que oui.
    bonne journée christiane.

    Dernière publication sur Je t'en prie, souviens-toi de moi ! : téte à téte en vrac..

  8.  
    4 janvier, 2010 | 14:54
     

    Bonjour Phantom et Dany
    Le doute permet de peser le pour et le contre lorsqu’une décision doit être prise et de réfléchir et de faire en sorte que la décision finale nous apporte du positif dans notre vie. Je suis souvent dans le doute encore plus aujourd’hui où je dois prendre une décision difficile pour moi. Alors je passe par toutes les catégories de doutes énoncés dans votre article. C’est pour vous dire ! C’est aussi une mauvaise volonté de ma part parce spontanément et sans réfléchir ma réponse serait de dire NON, un refus. Cette décision que je dois prendre est liée à un secret de famille, rencontrer ou pas les personnes qui font parties de ma famille et que je ne connais pratiquement pas et que j’ai à peine vu ! Lorsque j’ai appris, je me suis sentie trahie mais j’ai voulu comprendre, chercher à savoir le pourquoi, j’étais dans un doute existentiel profond et les incertitudes se bousculaient dans ma tête. Les doutes à n’en plus finir, mais douter m’a permis d’avancer toutefois, et de mieux accepter une évidence. Un passé qui a surgi et rattrapé une famille et que nous les enfants en subissons les conséquences bien malgré nous. Accepter ce qui est une évidence LA VERITE ou la refuser : mon dilemme. Alors après mult réflexions je me dis que refuser ce qui est une évidence est complètement illogique. Enfin bref je ne suis pas sortie de l’auberge et je dois réfléchir encore parce trop de doutes encore me trottent dans la tête. Et là c’est une décision que personne d’autre peut prendre à ma place et qui n’appartient qu’à moi et moi seule, mais certes difficile. Douter c’est aussi la capacité de se remettre en question, la liberté de penser. Je ne le vois pas forcément comme étant négatif, tant que je doute je réagirais pour justement ne plus douter, le danger est de se renfermer dans ses doutes et ne pas réagir. Pour ma part je doute donc je pense et j’agis. Il me faut des réponses et rapidement , mon défaut : l’impatience !!
    Bon après midi
    Bises à tout le monde

  9.  
    Christiane
    4 janvier, 2010 | 22:35
     

    Bonsoir Phantom, il se peut justement que les personnes qui vivent au jour le jour justement ne doute pas d’un lendemain !!! Ainsi pour eux pas de soucis d’hier et de demain. Ils vivent pleinement le moment jusqu’au moment d’aller dormir. Moi, je reconnais ne pas en connaître. Mais leur philosophie est dans un sens pas si mauvaise. Car que faisons nous : nous ne vivons que rarement le moment présent . L’esprit me détourne de ce fameux moment présent. Le doute c’est finalement l’intuition perdu !. Phantom si je développe cette façon de vivre au jour le jour (là j’ai de quoi travailler pour l’année 2010) peut-être que mon intuition va enfin arriver elle aussi à fonctionner à nouveau? Déjà je me pose la question qui annonce le doute et me voilà repartie ….. Lorsque je partage ce point de vue que tout existe, je devrais ajouter c’est à chacun de nous de le retrouver pour le faire exister dans notre réalité bien entendu. Bonne soirée Phantom

  10.  
    Christiane
    5 janvier, 2010 | 9:17
     

    Bonjour Phantom, ce matin j’ai cette idée. Le doute est une peur de ne pas trouver la bonne réponse, ne pas trouver le bon choix, la peur de ne pas voir un détail qui nous aide, ne pas entendre cette fameuse intuition dont son rôle je pense est de nous éviter le doute trop longtemps. Le doute en soi est bon, il nous permet nous avons dis la réflexion. Mais si le doute dure trop longtemps il devient « stagnation ». D’où l’importance de savoir être à l’écoute de notre intuition qui nous apporte l’aide nécessaire du moment présent. Ceux qui vivent au jour le jour, eux aussi dans un moment précis doivent connaître le doute car des questions se posent justement à des moments précis de la journée. Certainement que ses personnes trouvent la réponse sans doute plus vite que la plupart de chacun de nous qui ne vivons pas assez le moment présent. Qu’en pensez-vous Phantom ? Bonne journée

  11.  
    5 janvier, 2010 | 10:32
     

    bonjour christiane,
    pour moi, ceux qui vivent au jour le jour sont ceux qui pensent que vivre ainsi est une reponse, mais une reponse qui vient en baissant les bras. un abandon. Meme si certaines personnes ont réellement une philosophie de la sorte de façon permanente et par un choix antérieur et délibéré. (immaturité?).
    un doute en lui meme ne peut fait stagner, ce qui peut le rendre « stagnant », est la façon dont il est traité (ce qui inclus avec qui, il est partagé).
    bonne journée

    Dernière publication sur Je t'en prie, souviens-toi de moi ! : téte à téte en vrac..

  12.  
    5 janvier, 2010 | 10:51
     

    Si le doute est un moyen de se préparer à connaître, c’en est un aussi de se tromper : j’ai douté à tort quelquefois. (Jules Lequier)
    Bien à vous – Dany

  13.  
    Christiane
    5 janvier, 2010 | 11:56
     

    Bonjour Dany, en effet le doute ne nous épargne pas l’erreur. Je suis bien d’accord avec « Jules Lequier  » !!! Cela fait partie de la vie et ainsi on prend confiance en son intuition qui ne doit pas nous induire en erreur mais comment savoir que c’est notre intuition par rapport au doute ? Dès que le doute est présent l’intuition ne fonctionne pas. Pourquoi ? Bonne journée Dany

  14.  
    5 janvier, 2010 | 13:43
     

    L’intuition doit se confronter au « réel » et à l’expérimentation pour que le doute disparaisse ….
    Bonne journée
    Dany

  15.  
    5 janvier, 2010 | 13:54
     

    bonjour, il ne faut pas oublier qu’un doute peut naitre d’une experience passée! meme si le doute acquis pour le moment present n’a rien à voir avec le moment passé.
    là, il y a un doute par rapport à soi meme! n’oublions pas que chaque individu est un doute lui meme.
    bonne journée

    Dernière publication sur Je t'en prie, souviens-toi de moi ! : téte à téte en vrac..

  16.  
    5 janvier, 2010 | 16:01
     

    Pour moi qui doute beaucoup et qui pense souvent une chose et son contraire cet article est révélateur. Amitiés philosophiques et bonne année pétillante de réflexions.

  17.  
    5 janvier, 2010 | 16:06
     

    J’ai comme un doute, j’ai fait un petit retour en arrière et je me demande si mes commentaires « passent » car je ne les vois pas. si oui pourrais tu me rassurer. amitiés.

  18.  
    Christiane
    5 janvier, 2010 | 17:54
     

    Bonsoir Phantom, exact de nombreux doute nous viennent des choix passés que nous avons fait et dont le résultat fut un échec. Commence le manque de confiance en soi et là le doute de « ruisseau » devient « fleuve ». Comme tout est en inter-relation je pense que le doute de maintenant vient de ce passé. Il est vrai aussi que chacun nous avons un doute unique qui ne correspond pas forcément aux doutes des autres et pourtant c’est aussi du doute !!! Dany, je pense que si vraiment nous avions confiance en notre intuition nous ne devrions pas avoir le doute de l’attente de sa réalisation dans notre réalité. Car justement l’intuition est là pour nous éviter le doute. Bonsoir à tous les deux

  19.  
    Christiane
    5 janvier, 2010 | 23:11
     

    Le pire dans le doute c’est de tromper quelqu’un. Le doute personnel est inconfortable le temps de sa duré. Mais l’orque notre doute mais en cause une tierce personne on peut détruire cette personne moralement en laissant planer « le doute « sur il ou elle.Nous avons déjà parler de la rumeur c’est un doute qui ne s’estompe pas facilement une fois lancé. Dire que certaines personne semblent avoir tellement confiance en elle que l’on se pose la question : n’ont-elles jamais de doute ?

  20.  
    5 janvier, 2010 | 23:32
     

    bonsoir christiane, paraitre sur de soi-meme et en meme temps induire en erreur une autre personne est je vous l’accorde grave. mais je ne sais pas si cela est à un si haut niveau que vous le pensez. je pense qu’entrainer une autre personne dans un doute et à prime abord un partage. maintenant, induire une personne dans le doute reste nocif.
    des personnes peuvent avoir l’air d’avoir une confiance totale en elle-meme, cela arrive, mais là, il faut connaitre la personne, savoir si ce n’est pas une façon de vouloir etre vu.
    bonne soirée christiane

    Dernière publication sur Je t'en prie, souviens-toi de moi ! : téte à téte en vrac..

  21.  
    Christiane
    6 janvier, 2010 | 10:20
     

    Bonjour Phantom, connaissons-nous vraiment une autre personne ? Lorsque soi même chaque jour nous nous découvrons. Hier j’étais ceci, aujourd’hui je suis cela et demain sans être une girouette je verrais ce qui me sert !!!! C’est ça l’évolution . Moi, personnellement je ne connais personne de façon à penser pour lui ou elle. La vie me la bien apprit. Ainsi chacun porte son masque en effet cela arrive souvent mais dire ou penser que !!!! ça je doute !!!! Bonne journée Phantom

  22.  
    6 janvier, 2010 | 20:21
     

    Meileurs voeux « philosophiques » à vous deux.
    Je n’ai que des doutes, aucune certitude et ça n’aide pas à avancer je trouve… Bonne réflexion

  23.  
    7 janvier, 2010 | 0:44
     

    J’arrive un peu tard mais je tenais à vous présenter mes meilleurs voeux pour 2010, que de bonnes choses, la SANTE qui est un trésor de nos jours, l’ Amour plein de petits moments de bonheur au quotidien et longue vie à votre blog là je n’ai pas de doûtes! ;-) Bisous et merci de votre partage j’aime vous lire tous même si j’interviens peu…En effet les doutes n’aident pas à avancer mais qui n’a jamais douté ? La vie est ainsi faite de doutes et de certitudes , je crois qu’à l’article de la mort tous les doutes seront effacés… Douce nuit à vous…

    Dernière publication sur VA OU TON COEUR TE PORTE...... : BAS LES MASQUES !!

  24.  
    7 janvier, 2010 | 16:32
     

    bonjour Phantom et Dany
    je suis venu vous souhaiter une très bonne année et beaucoup de satisfaction avec ce blog philo
    bonne continuation
    bonne journée

    Dernière publication sur NOUVELLES d'hier, d'aujourd'hui, de demain : Belfort

  25.  
    7 janvier, 2010 | 22:31
     

    bonsoir à toutes et à tous! merci pour vos voeux, également je vous souhaite une tres bonne année! gros bisous ma lily, heureux d’avoir de tes nouvelles! bon, il est vrai que je navigues plus autant qu’avant. d’où mes absences.
    bonne soirée à tous

    Dernière publication sur Je t'en prie, souviens-toi de moi ! : téte à téte en vrac..

  26.  
    nara
    12 janvier, 2010 | 0:05
     

    Bon…donc ;Dans le doute abstiens-toi! bisous mon Bichon

  27.  
    MIGUELLE STANLEY
    6 octobre, 2010 | 21:06
     

    Douter c’est remettre tout en question!!!!!!

  28.  
    maria
    31 octobre, 2011 | 21:14
     

    Bonjours, est-ce que quelqu’un pourrait m’aider pour trouver un plan sur:
    Est-ce dans le doute qu’on est le plus conscient?
    Merci de votre aide

  29.  
    louna
    15 février, 2012 | 18:57
     

    bonjour! je viens de découvrir ce blog en recherchant de infos et thèses sur le doute, je n’ai pas tout lu, étant préssée, mais je voudrais dire à Phantom que Socrate n’a pas été empoisonné par l’Eglise pour avoir remis en cause l’existence de Dieu, mais a été accusé de « corrompre la jeunesse » en remettant en cause la structure de la loi en rapport aux dieux. Il a émi l’hypothèse d’une unique cause première, et donc remis en cause l’existence de plusieurs dieux, auquels il reprochait un trop flagrant antropomorphisme, et comme les lois d’une cité et les lois religieuses étaient très étroitement liées, remettre en cause une donnée religieuse consistait à remettre en cause aussi les lois et le pouvoir politique. C’est pour ça qu’il a été éveincé par le pouvoir politique, qui a utilisé comme prétexte la « corruption de la jeunesse ». Voilà, il n’y a pas vraiment de rapport avec l’Eglise en elle-meme, le problème était beaucoup plus politique, et ce n’est pas non plus exactement l’esistence de Dieu qu’il a remise en question.

  30.  
    louna
    15 février, 2012 | 18:59
     

    sinon je voulais dire merci, j’ai trouvé pas mal d’infos pour des dissert, ici! :)

  31.  
    fall
    26 avril, 2012 | 11:49
     

    bjr.a.vous.les.philisophes.je.demande.tt.sinplema.le.but.du.doute

Laisser un commentaire